Guide de la Plaisance Mobile

Guide de la Plaisance Mobile
Pour recevoir les informations au fur et à mesure de leurs parutions cliquez sur ce bandeau défilant

Les Physalies, Physalia, Physalis, Vessie de mer ou galères portugaises sont dangereuses

Photos de Darklich14 et SvenGrand

 

 

 

Elle est soutenue en surface par un flotteur de 10 à 20 cm

 

La physalie

De la forme d'un sac plastique elle est composée de 90% d'eau et mesure entre 15 et 20 centimètres.

Ses filaments de 15 à 40 mètres sont quasiment invisibles dans l'eau, sont fragiles et se rompent facilement ; elles sont alors peu visibles et peuvent flotter au gré des vagues loin du « flotteur » ce qui n’attire pas la méfiance des baigneurs.

Leurs tentacules qui se situent sous le flotteur ont la particularité de posséder des milliers de harpons microscopiques permettant d’injecter le venin.

Ses couleurs sont bleu, vert, violet, rose…

Elles vivent habituellement dans les eaux chaudes.

Comme tous les animaux planctoniques elle subit l'effet des courants pour s'échouer sur nos côtes.

 

Tout contact peut être dangereux et entrainer :

  • des brûlures,
  • une gêne respiratoire,
  • des douleurs abdominales
  • une perte de connaissance,
  • de la fièvre
  • des douleurs thoraciques,
  • des crampes musculaires,
  • des vomissements,
  • de la confusion,
  • accélération du pouls : chez l’adulte >100/min, chez l'enfant de moins de 12 ans >130/min
  • des atteintes neuromusculaires…
  • jusqu'à l'arrêt cardiaque

Au contact peuvent se former :

  • des zébrures de la peau,
  • des démangeaisons,
  • des vésicules

 

Les lésions laissent parfois des cicatrices pigmentées (traces brunes).

 

Les toucher peut même présenter un danger mortel.

 

 

Même morte et échouée sur la plage, la physalie peut causer tous ces effets dans les 15 minutes suivant la piqûre, ce qui peut constituer un danger pour les baigneurs, promeneurs ou pratiquants de sports de glisse.

 

Ce qu'il faut faire

  • Sortir la personne hors de l'eau en faisant attention à ne pas provoquer de contacts avec les zones douloureuses et l'allonger.
  • Rincer immédiatement à l'eau de mer ou avec du sérum physiologique pour faire partir les cellules restantes.
  • Retirer avec précaution les fragments de tentacules restant sur la peau avec une pince ou un couteau, au besoin mettre un gant (Attention les harpons microscopiques traversent les gants chirurgicaux).
  • Vous pouvez également approcher de la plaie une source de chaleur tel un mégot de cigarette car le venin est thermolabile : il se se dissout à la chaleur.
  • Mettre une couche de sable sec sur la plaie pour piéger les cellules restantes et laisser sécher.
  • Racler sans frotter avec un support rigide (carte bancaire, couteau...).
  • Rincer à nouveau la plaie à l’eau salée ou avec du sérum physiologique.
  • L'application de mousse à raser bloque l'action urticante des filaments.

Ce qu'il ne faut pas faire

  • Ne jamais frotter la peau sous peine de faire éclater les cellules urticantes encore présentes et ferai empirer la situation.
  • Ne pas rincer à l'eau douce car cela ferai éclater les cellules urticantes encore présentes.
  • Ne pas aspirer le liquide urticant avec votre bouche.
  • Ne pas uriner sur la plaie en raison des risques de surinfection.
  • Ne pas mettre de vinaigre.
  • Ne pas mettre d'alcool
  • Ne pas mettre de salive 

En cas de contact il est recommandé d'appeler le SAMU (15)

 

 

Seul le Nomeus gronovii peut attaquer des physalies

Il vit en association avec les physalies, se nourrissant de leurs tentacules et de leurs gonades.

 

Photo de Donald Flescher

 

 

 



21/09/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1215 autres membres